Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 20:00

9 mecs et nous
Hier soir, c’était soirée concert au bikini et la découverte d’un truc génial… Hocus-Pocus.

Il y a quelques semaine qu’un pote de mon frangin (encore un gamin de 20 ans) m’a proposer de l’accompagner lui et sa copine à ce concert. L’esprit ouvert aux deux trois morceaux qu’il m’a fait écouter, j’ai pris ma place.

Le jour  « J » arrive et voila qu’il se prend la tête avec sa nana, nous voila avec une place sur les bras.
Personne de son coté, mon frère trop occupé dans les bras de son amoureuse, et moi qui essais tout mon micro répertoire. Miss beau yeux du boulot (qui encore une fois à trop de boulot), un autre collègue (qui préfère regarder le match à la maison), la marraine de mon fils (qui bosse ou fait simplement la morte), ma jeune de 36 ans (qui ne peux pas bouger à cause de son dos), les potes (les vrais, mais qui ont des familles), même une inconnue (si si, je ratisse large), bref tous les toulousains y passent pour finir à deux.

Une soirée géniale, une ambiance sympa, une musique terrible. 9 mecs sur scène, un chanteur, un guitariste, un couple basse batterie, un clavier, trois cuivres et un DJ aux platines et ils y vont, ca donne la pèche et le sourire.

Voila 5 vidéo du concert à La cigalle, mais je vous garantie que c’était la même chose au bikini. Et quand il chante dans le public, il était à moins d’un mètre de moi, apparu d’un seul coup, quand les lumières se sont allumés.

En résumer, j’invite tous le monde à découvrir ou redécouvrir Hocus-Pocus sur scène.







Repost 0
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 21:29

2009 est finie...

Pas de bonne résolution au programme, juste que je me sens bien, juste envie d’envoyer péter ma vie d’avant.

Je ne suis pas un mec très affirmé, toujours en balance entre oui et non, le noir et le blanc, l’amour ou l’Amour.
Je ne vais pas changer cette année, ni plus tard mais je n’ai plus envie de me prendre la tête à cause des autres (j’en ai bien assez avec moi…), de leurs choix, de leurs indécisions.

J’avance, doucement mais j’avance.
Ma porte reste ouverte, comme mon coeur.
Mes envies restent les mêmes, au moins le temps de les assumer.
Ce n’est que moi qui relève la tête et regarde devant.

2010 commence…

 

 


Tu reviens dans le parc je ne t’attendais plus
Tu reviens sur le lac à la fin de l’été
Tu embarques sous mes yeux
En eau trouble, en eau trouble
Rien ne cède, rien ne coule depuis toutes ces années

Je préfère les rivières aux étendues salines
La violence des courants et le lit qui déborde
J’ai passé tant d’années dans l’ombre à t’aimer
Si je tremble c’est qu’aujourd’hui je vais jeter

Au vent tes plus belles lettres
Je jetterai au vent tes plus belles phrases
Que tu ailles au diable
Je connais trop les déserts que tu portes

Allez au vent tes plus belles lettres
Je jetterai au vent tes plus belles phrases
Que tu ailles au diable
Je connais trop les déserts que tu portes

Je ne regrette rien, à l’usure à l’usure
Je n’attendais plus rien des jours avec toi
Si l’amour nous quitte sans jamais nous saluer
Nous n’avons jamais su l’embrasser

Et ce ciel nous oublie quand il n’y a plus de jour
Et ce ciel nous oublie quand il n’y a plus de nuit
Que deviennent nos prières et nos promesses passées
Si je tremble c’est qu’aujourd’hui je vais jeter

Au vent tes plus belles lettres
Je jetterai au vent tes plus belles phrases
Que tu ailles au diable
Je connais trop les déserts que tu portes

Allez au vent tes plus belles lettres
Je jetterai au vent tes plus belles phrases
Que tu ailles au diable
Je connais trop les déserts que tu portes

Repost 0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 00:01

E.T.
Du moins c'est la meilleure définition que je puisse trouver.

Encore une soirée fille, encore une soirée en boîte de night.

Une soirée bien arrosée, apéritif au champagne, du bon vin à table, et une bouteille de vodka pour finir la nuit. Et avec tout ça ? Et bien je reste moi-même...

3h du mat, je suis confortablement installé un verre à la main, les filles vont et viennent (la piste de danse, la terrasse pour fumer...), un mec m'accoste.


Lui
: "Salut, tu t'appel comment ?"
PpP : "Moi, c'est PpP..."
Lui : "Dis donc PpP, t'es seul avec ces quatre nanas ?"
PpP : "Ouais, pourquoi ?"
Lui : "Sympa... Et la tienne, c'est laquelle ?"
PpP : "Aucune !..."
Lui : "Et tu vises laquelle ?"
PpP : "Heuuuuuu... Aucune..."
Lui : "Hein ? Attends, là c'est la première fois que j'entends ça... On refait !"

Lui
: "La tienne, c'est laquelle ?"
PpP : "Aucune !!!!"
Lui : "Et tu vises laquelle ?"
PpP : "Heuuuuuu... Toujours aucune... Bon au pire, la blonde"
Lui : "Ahhhh, c'est mieux. Ok. Donc si avec mes potes, on s'essaie avec les autres, ça ne te dérange pas ?"
PpP : "Ben non, éclatez vous..."
Lui : "Cool... Je t'adore... Tiens, ne bouge pas, si tu veux j'ai une copine à te présenter."

Résultat, personne avec personne. Et moi encore moins que les autres...

Ah si, la blonde à retrouvé son amant attitré vers 5h du mat...

Repost 0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 17:00

RDV en terrasse
Alors que je faisais mes premières sortie OVS (il y a longtemps que je n’en ai plus fait), les filles présentes se plaignaient régulièrement du concurrent : Amiez.

En effet, en arrivant sur ce site soit disant dédié aux sortie de groupe, votre profile doit être complété notamment avec vous préférences sexuelles et ce que vous chercher. A savoir : Sortir, ce faire des amis, ou plus si affinité. Et c’est ce « plus si affinité » qui faisait bondir ces dames.

Le curieux que je suis n’a pas tardé à s’inscrire pour voir. J’ai pu constater au bout d’une semaine,  qu’à la différence des nanas, je n’avais pas 100 messages du sexe opposé me proposant tout et n’importe quoi. Ma curiosité étant satisfaite, j’ai bien vite oublié ce site au milieu de tous les autres.

Il y a quelques semaines pourtant, je reçois un mail du site. Une douce rêveuse m’a laissé un message. Bien sûr, il faut ce connecté au site pour le lire et me voici à me torturer l’esprit, à fouiller dans mes mails perdus à la recherche de mon mot de passe.

Deux, trois courts messages échangés et nous voila à la recherche d’une sortie possible. Ce sera ciné, peut-être une expo, mais la vie nous occupe, les réponses de l’un comme de l’autre prennent leurs temps et rien ne s’organise.

Pourtant, la veille de ma coupure internet, je reçois un message suffisamment clair pour que je comprenne que ce serait bien que je lance l’invitation. Seulement avec mon hésitation habituelle, je me suis retrouvé sans internet. Utilisant cette superbe excuse, je n’ai pas fait suite.

Quelques jours plus tard, un nouveau message arrivait, plus explicite encore, me proposant de ce retrouver dans la semaine pour boire un verre.
Je me suis promis de répondre dès que j’aurais de nouveau le net…

Et j’ai de nouveau le net.
Je ne sais rien d’elle, si ce n’est un prénom, un âge et une courte liste de ses gouts et des sorties qu’elle apprécie.
Mais rien sur sa vie, son boulot, son physique, sa situation familiale.

Et là, je fais quoi moi ? Pas d’enfant jusqu'à mercredi prochain ; du boulot par-dessus la tête ; un cœur d’artichaut ; des pensées tournées vers une ou deux autres ; des envies plein la tête ; un manque de confiance en moi qui exacerbe mes peurs.

Oui, je fais quoi moi ?

Repost 0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 09:00

RochersLes nuits d’été, dans les Cévennes, étaient belles, calmes, reposantes et surtout fraiche.

Les journées étaient tout aussi belles, pas forcement moins calmes, ni reposante mais surtout chaudes, brulante. Un soleil de plomb était vissé au dessus de nos têtes toute la semaine. 

Mon fils et moi, n’avons pas vraiment un rythme de vie bien calé, ni de rituels quant à l’organisation de nos journées. On peut démarrer nos journées sur les chapeaux de roues, comme trainer du chausson, on peut sauter ou décaler nos repas, une toilette du soir ou du matin, l’essentiel est de profiter.

Ce n’est hélas pas le cas des amis avec qui nous sommes partis. Rien qu’au réveil, le petit déjeuné est une institution (ce que je comprends) qui prend du temps. Entre l’installation des bols, des cuillères, des couteaux, des verres, des boissons divers, des céréales, puis faire bouillir le lait, avec comme conclusion la vaisselle de tous ça… si on ne ce lève pas tôt, on part tard. Donc on partait tard tous les jours.

Il était impossible dans ces conditions de profité de la fraicheur relative du matin pour entreprendre des activités randonnées, escalades ou cheval. Au final, notre semaine c’est écoulée au rythme de l’eau de la rivière. Chaque jours, c’était plusieurs heures au bord de l’eau, profitant du soleil pour parfaire notre bronzage (certain d’entre nous ont carrément brulé), utilisant les rochers comme plongeoirs (1m, 2m, 3m, 4m), nageant de long en large…

Le lundi, une journée canoë est venue bouleverser ce rythme un peu trop régulier. Un petit bout de rivière avec des rapides trop géniaux d’après les enfants,  un petit bout de rivière où il faut beaucoup pagayer pour moi et ou les rapides n’en sont pas. Pleins de haltes, dans les remous pour profiter d’un jacuzzi naturel, dans des zones calmes pour jouer au frisbee ou au ballon, près des rochers pour sauter. L’objectif des vacances étant de faire plaisir aux enfants, c’est gagné. Une autre journée, la même, s’est organisé quelques jours plus tard avec les retardataires qui nous ont rejoints en milieu de semaine.

Voilà le résumé d’une semaine à ne rien faire ou presque qui était quand même bien fatigante.

Je veux y retourner… juste pour me reposer…

Repost 0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 21:10

on va sortirCa fait deux ans que je suis revenu sur Toulouse avec en tête l’idée que cette ville allait me réussir.

J’avais fait mes études d’infographiste ici il y a une bonne dizaine d’années, je m’y étais sentis bien, j’y avais croisé du monde, je m’y étais fait un réseau sympa mais pour le boulot j’étais repartis.
Depuis mon retour, mon réseau a bien évolué, chacun vivant sa vie. Avec le temps, certaine affinités ne sont plus, et comme pour moi, le travail a déplacé beaucoup de monde.

Me réinstaller ici ne m’a pas apporter que du bonheur puisque c’est ici que mon couple c’est éteint. Professionnellement c’est mieux, j’ai trouvé assez facilement un boulot qui, bien qu’il ne me fait pas gagner de cents et des milles, me correspond et me plait. Seulement, plus que deux couples d’amis dans les environs et il faut être honnête, je ne vais pas les squatter tous le temps, ils ont une vie eux aussi.

Pas facile quand ont est « adulte » de ce faire des relations, la source principale devrait être le boulot mais dans ma petite boite ce n’est pas vraiment ça.

l y a une quinzaine de jours, je passais un moment chez « moa » et au cours d’une de nos longue discutions, elle m’a parlé de ce site : OVS.
Ma première pensée à été de me dire encore un site communautaire ou de rencontre ou l’on ne fait rien. En tant que mec, je ne sais pas si c’est pareil pour les nanas, je n’ai jamais rencontré qui que ce soit sur internet et pire, quand je contactais un autre mec, je passais pour un homo. Bref je me désinscris, ou du moins j’essais, de tous ces sites ou je m’étais « pour voir ».

Je suis quand même rentré chez moi avec l’adresse du site, j’y ai jeté plusieurs coups d’œil pour finir par m’inscrire. Je dis bien m’inscrire, me dire qu’il y avait plein de choses à faire… c’est là-bas que j’ai découvert que j’avais manqué Manu Chao.
Le principe est simple, une personne veux faire quelque chose, elle propose à X personnes de l’accompagner dans son activité. De l’autre coté, un simple clic et on s’inscrit pour participer. Pas vraiment le choix des participants, pas de connotations rendez-vous dragues, pas de tête à tête,  juste un moment partager.

Courageux et téméraire, ouvert et doué pour lié des liens comme je suis, je dois reconnaitre que j’ai regardé mon écran plus d’une fois sans me risquer a cliquer.
J’ai fini par oser, me lançant dans une soirée « sans risque », un simple film, huit participants maximum, rendez vous 19h45 pour ce quitter le film fini. Entre temps un des participant à proposé une suite au film avec une sortie « restaurant », au point ou j’en étais je me suis inscrit aussi.

Voila, « deux » sorties en un soir, avec au final seulement sept personnes pour le film et cinq pour le resto. Une bonne soirée de passée, des rencontres qui ne me mènerons nulle part puisque je n’ai pris les coordonnée des personnes, à moins que l’on ce croise au hasard d’une autre soirée. L’amusant de cette soirée, c’est que les deux filles présente font le même métier que moi et j’avoue que je recroiserais volontiers deux des participants, un homme, une femme.

Maintenant oserais-je refaire une autre soirée ? Oserais-je forcer le destin pour recroiser les deux personne que j’ai apprécié ?
L’avenir me de dira.

Repost 0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 22:00

Ou comment attaqué sa semaine en forme.

SemainierDéjà, il faut commencer par ce réveiller le vendredi matin, avoir plus d’une heure d’avance sur son réveil, et être accompagné d’un superbe rayon soleil attendu trop longtemps. Se dire que c’est génial, que l’on va ce rendormir un moment et avoir ainsi l’impression de faire la première grâce-matinée du week-end.
La journée doit ce passer tranquillement pour ne pas perdre de vue l’arrivé toute proche du week-end, alors pourquoi ne pas aider sa charmante collègue a rassembler les informations nécessaires pour monter son dossier.

Il faut ensuite finir à l’heure, c’est important pour aller faire deux courses et un peu de ménage, surtout  si l’on a invité un couple d’amis a boire l’apéro et que l’on est un vrais PpP qui n’a rien fait de la semaine.
C’est bien de profiter ensuite de cet apéro pour parler de toutes les choses importantes qui ont traversés nos vies, afin de rendre la fin de soirée plus légère.

Ce qui est amusant aussi, c’est de partir au resto, sans savoir ou l’on va, ce que l’on veut et si possible après 22 heures. Si on ce débrouille bien,  que l’on a quelques repère dans sa ville, on peut faire découvrir  une cuisine que l’on connait un peu et que l’on apprécie. Pourquoi pas un « Indien » puisqu’ils ne connaissent pas, en plus ca plait.
Bon comme ce n’est qu’une soirée resto et que l’objectif et d’attaquer la semaine suivante en forme, on ne rentrera pas tard, juste un peu plus de minuit, voir 1 heure.

Ce qui est sympa aussi, c’est d’attaquer son samedi assez tôt, avec un bon petit déjeuné et des croissants frais. Prendre sa matinée pour soi, juste à penser calmement, au passé, au futur, à ce que l’on va faire dans l’après-midi. Au final, faudra rendre quelques outils aux  parents, et repartir avec le petit frère pour une Wii prés-midi de gesticulations désordonnées et de fou-rire idiots.
Comme nous somme entre mecs, l’après-midi wii sera accompagnée de bières diverses, variées, nombreuses.

Toujours dans l’objectif d’être en forme le lundi suivant, il faut partir pour un petit concert sur une des petites places de «St-Cyp . » Retrouver les potes de la vieille époque toulousaine, ceux qui sont sur scène, ceux qui sont juste devant, sautant partout une bière à la main (encore ?), ceux qui sont à l’autre bout de la place, discutant une bière à la main (eux aussi ?).
Il faut constater que c’est dommage qu’ils se soient pris la tête les un avec les autres, ça oblige à jouer des coudes régulièrement pour passer d’un groupe d’amis à l’autre.

Ce qui peut être amusant dans un week-end comme celui là, c’est  de recevoir un texto juste à la fin du concert, un message d’une fille que l’on a rencontré un an plus tôt au ski. Une fille que l’on a quasiment jamais revu, avec qui ont a échangé quelques texto et qui est partie en Australie bien des mois avant avec juste un : « Je te contacte dès que je rentre. ».
Le genre de message que l’on ne croit évidement pas …

Encore une fois, il ne faut pas finir tard, pas plus de 3 heures du mat. Mais avant, ce serait sympa d’aller boire un peu de champagne, avec  les potes et d’autres, à l’occasion de l’ouverture de la boutique de Mlle Jesais pasquielleest.
Attention, pas plus de trois verres, sinon ca va faire trop avec toutes les bières de ces dernières 12 heures…

Pour finir ce week-end de préparation à une nouvelle semaine, il faut penser à faire une bonne grâce-matinée, alors pourquoi ne pas faire une longue nuit de plus de 12 heures. En plus il fait trop chaud pour sortir, alors ce sera une après-midi tranquille à l’appart, oui la plage ce serait bien mais seul ce n’est pas top et un peu loin.

Voila pour moi, ce serait un bon moyen d’attaqué ma semaine en forme…

Hey hey, mais j’ai attaqué ma semaine en forme moi, je me demande bien pourquoi ?

Repost 0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 23:21

AlliancesOups non pardons, ce n’était pas mon mariage mais celui ou je suis allé.
Moi, je ne suis pas motivé à sauter le pas et il faut encore que je cherche et trouve La Femme.

La journée du samedi a débuté tôt, après une nuit sans trop de sommeil et quelques verres un peu forts. Un petit détour de l’autre coté de la ville pour aller chercher un pote descendu de Paris (le pauvre un mariage à la campagne), trois quarts d’heures de route pour faire le point sur cinq années sans se voir et deux sans se parler (Merci Mr le président) et nous voila arrivé au Centre Culturel de Nulle part.

On retrouve les fidèles, moins nombreux chaque année, on retrouve « nos mamans » pour mettre en place la salle. Des remarques désobligeante de toutes ces dames qui trouvent que j’ai encore maigris (c’est faut !).
En retard, une bière à la main, on fini par aller ce changer pour attaquer la vraie journée. Madame la maire s’impatiente derrière les vitres tandis qu’on attend la mariée qui ce fait désirer comme à son habitude.

20 minutes à la Mairie, une heure et quart à l’église (y’en a un des deux qui nous a eu…), direction la séance photos au bord de l’eau. Pendant que les mariés sont coincés devant l’objectif, quatre marioles s’éclipsent direction la buvette du coin pour échanger souvenirs et rires à l’abri du soleil.  Ca y est, nous avons commencé à trinquer en l’honneur des mariés, mais sans eux…

La soirée bats sont plein, la disco-modile… pardon le Dj chauffe l’ambiance, PpP en mode ou sont les célibataires ? Ok 3 ou 4, en comptant celle qui était censé être à mon bras pour cette date, et là quelques veuves (pardon)… heu… il est où le bar ?

La nuit avance, la salle ce vide par tranche d’âge successive. Les enfants sont trop heureux de s’endormir comme des clochards, à la belle étoile, sous une avancée de toit. Mais là,un hic dans la soirée du PpP, surement le manque de sommeil, l’alcool qui commence à remplacer le sang mais surtout Mme SaConne.

Comme chaque fois, un verre de trop dans le nez, Mme SaConne commence à ouvrir sa bouche, décide à la place de tous le monde, dicte ses volontés, aboie des ordres, et phagocyte la soirée de son homme (mon meilleur ami). Et moi pauvre PpP impuissant, je le vois bouillir mais ne rien dire, je boue mais ne dis rien.
Seulement cette femme me sort pas les yeux, mes nerfs lâchent et plutôt que de lui en mettre plein la tête (ça sert a rien elle va juste faire son caliméro), je me chope la bonne migraine. C’est parti pour trois heures seul dans la voiture, dans le noir.

Je rejoins les irréductibles vers six heure du mat, mais je pense avoir manqué beaucoup de choses. S’en suit une longue matinée autours de plusieurs cafés, croissants, discutions, fou-rires avant de retourner faire le ménage et de tout ressortir pour midi.

Retour sur Toulouse en fin d’après-midi aussi difficile pour le père que pour le fils, sauf que l’un des deux a dormi dans la voiture…

Une mention spéciale pour la mariée qui a gardé sa robe et ses chaussures jusqu'à huit heures du mat le dimanche…

Repost 0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 23:59

Ce soir je retrouve mes potes, les vrais, les vieux. Ce soir, le petit couple est le centre de notre monde.
A peine adulte, à peine ado quand on s’est connu et après tant d’années, deux enfants, une maison plus tard, c’est aujourd’hui un mariage.  Ca fait plaisir de voir que certain dure, que certain avance main dans la main, que malgré les crises et les coups de gueule, ils posent un acte de plus pour jalonner leur amour.

Les potes se réveillent, certain pas revu ni entendu depuis près de trois ans. Un seul mot à la bouche de tous : « T’es prêt PpP ? Parce que ça va donner… » Bien sur que je suis prêt, de toute façon je sais bien a quoi m’attendre. Tant qu’il y aura du monde, on se tiendra bien, juste quelques verres de trop, seulement je nous connais, nous allons encore nous débrouiller pour finir les derniers.
Ils veulent remettre ça le lendemain midi ! Déjà sera t’on couché ? Dans tous les cas, je joue les petits joueurs, le dimanche je reprends la route, toujours ces même 250km.

Un mariage… qui a été lancé avec un faire-part, un faire-part pour deux, un plus un depuis pas si longtemps que ça.
Alors PpP, des questions, des doutes ? Surement…

Un mariage… N’y a-t-il pas une légende urbaine qui veut que ce soit un lieu de rencontre où ce forment certains couples ? Je vais peut-être rencontrer la femme de ma vie… Encore loin… Non ça suffit.
Je tiens aussi à préciser que je ne vais pas sauter au milieu des filles pour avoir le bouquet de la mariée, je ne veux pas être la prochaine.

Encore 250 km pour faire sortir et faire la fête, suis-je vraiment à ma place à Toulouse ?

Repost 0
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 23:59

CocktailsAprès une nuit mouvementée (ici), je me suis réveillé samedi très fatigué.

10h30, j’entends une sonnerie que je ne connais pas, c’est le téléphone de Lou. J’entends ensuite des déplacements dans l’appart, ça s’active pour l’arrivée de la nouvelle, l’arrivée de Nadou.
La pauvre, elle arrive et on est tous en train de comater dans les canapés, mais on l’adore déjà, surtout avec sa grosse poche de croissants.

Ca comate comme ça une bonne partie de la journée, alternant les discutions, faisant connaissance.  Avant qu’il ne soit trop tard on part visiter Bordeaux, moi exigeant d’aller voir les quais que je ne connais pas encore. On est venu en tram, alors on en profite pour tester des terrasses au fil de la ville.
Un bon restaurant pour le plaisir de papille, et un grand moment de solitude pour PpP. Je ne sais pas ce que les filles avaient pris, mais elles étaient déchainées… pauvre serveur… j’aurais apprécié un autre homme pour pouvoir faire preuve de solidarité masculine.

Nous revoilà partis tous les cinq dans les rues, une pause mojitos, une pause sous le ciel et une soirée techno avec un pote de MissFleureBleue aux platines autour de quelques verres. Le pire dans tout ça, c’est que je me dis que j’envie les mecs qui trainent avec plusieurs nanas, que j’ai l’impression qu’ils font les paons, et que je n’ai même pas pensé à frimer.
Il est 1h du mat, vu qu’on est en tram il faut rentrer et c’était une bonne idée car ça nous a permis de faire une rencontre sympathique, celle d’Adam…  dommage on n’avait pas d’Eve sous ma main. Nous avons perdu une fille, qui est restée dans l’ambiance techno, puis une seconde à peine arrivé à l’appart, finissant ainsi la soirée à 3.

Les trois bloggeurs, trop heureux de ce rencontrer, trop heureux de rencontrer la bouteille de vodka. Les trois bloggeurs en plein délires, discutions, fou-rires. C’est a ce moment qu’est publier l’article de Nadou, c’est de la que viennent les 2 articles de Lou avec nos phrases pas net 1 & 2. J’ai adoré le massage… de mains, la musique à fond et la vodka. Résultat la nuit à encore été courte, ses dames ont fini par s’endormir et moi je suis allé me fumer un café et me boire une clope sur le balcon en regardant le soleil ce lever.

Et comme l’une d’entre nous avait abusé, elle c’est levée tôt et on a tous suivi pour une matinée au ralenti jusqu'à ce qu’il soit l’heure de partir.
C’était super sympa cette rencontre entre bloggeurs, ce passage du virtuel au réel, ca va je pense changer notre regard sur le blog de l’autre mais ca nous a ouvert à une nouvelle amitié.

Voila, j’ai survécu a mon week-end entre filles, je ne suis pas certain que je comprendrais mieux les prochaines femmes que je rencontrerais, mais a part quelques moments de grande solitude dans certaines situations, je me suis régaler.

Et moi qui voulais me vider la tête, c’est réussi. Une semaine que mes soucis restent planqué dans mes placards. Plus glops…

Repost 0

Qui ? Que ? Quoi ? Encore...

  • PpP
  • Toulousain d’adoption.
Homme à plein temps.
Papa tout autant.
De la crise d'ado à celle de la quarantaine, de la crise de nerfs à la crise de rire, ma vie dans tous ses états.
  • Toulousain d’adoption. Homme à plein temps. Papa tout autant. De la crise d'ado à celle de la quarantaine, de la crise de nerfs à la crise de rire, ma vie dans tous ses états.

Ma vie ici


Toulousain d’adoption.

Homme à plein temps.

Papa tout autant.

Pas facile de se décrire, de mettre un trait de caractère en avant plus qu’un autre. Ce lieu est pourtant une partie de mon univers aujourd’hui. Un espace de liberté ou je peux jeter mes pensées, mes problèmes, mes joies, des anecdotes plus ou moins drôle de ma vie, un lieu d’échange parfois

De la crise d'ado à celle de la quarantaine, de la crise de nerfs à la crise de rire, ma vie dans tous ses états.



Depuis le temps que je suis ici, j’ai croisé d’autres vies, d’autres univers.

Les Vieux Dossiers De Ma Vie

2,3 trucs encore

...............

Il y a personne(s) sur ce blog

...............

haut de page - accueil